Toutes les actualités

Conférence de François Jullien

Mardi 25 octobre 2016 à 19h

Conférence de François Jullien

Conférence de François Jullien

François Jullien
Publié le 14 Décembre 2016
Conférence d'histoire de l'art et de philosophie de l'art "Cette étrange idée du beau", le mardi 25 octobre 2016 à 19h

Conférence d'histoire de l'art et de philosophie de l'art

François Julien

Mardi 25 octobre 2016 à 19h

Cette étrange idée du beau

Du beau, on n’a cessé, au fil des siècles, de remettre en question les critères et les conceptions ; de faire varier les définitions. Mais s’est-on jamais interrogé sur ce préalable, déposé dans la langue, celui de pouvoir dire simplement : « le beau » ?
A-t-on jamais sondé, en effet, sur quel socle enfoui « le beau » est juché ? Lui, la grande cheville ouvrière de notre métaphysique : nous apprenant à quitter la diversité du sensible pour l’unitaire de l’ « idée » ; comme aussi, en retour, nous frappant d’effroi – d’émoi – par son absolu faisant irruption à même le visible. Seule issue restante, dès lors, depuis que les dieux sont morts, pour nous forger un salut. Or la pensée chinoise n’a pas isolé – abstrait – « le beau ». En faisant travailler cet écart, je souhaite dégager d’autres possibles ne se rangeant pas sous la monopolisation du beau ; par suite, explorer d’autres fécondités que l’art contemporain, en guerre ouverte avec le beau, peut rencontrer. De quoi du moins sortir le beau des lieux communs qui l’épuisent : pour le rendre à son étrangeté.

François Jullien, ancien élève de l'ENS de la rue d'Ulm, Agrégé de philosophie, Docteur en Études Extrême-orientales, est actuellement Professeur à l'Université Paris-Diderot et Titulaire de la Chaire sur l'altérité au Collège d’études mondiales de la Fondation de la maison des sciences de l'homme. De nombreuses années d'études en Chine et au Japon ont orienté ses recherches vers la pensée chinoise (pensée de la Chine antique et néoconfucianisme ; conceptions littéraires et esthétiques de la Chine classique) et les problématiques interculturelles. Son œuvre lui vaut une notoriété internationale et une reconnaissance académique qu'attestent de multiples prix et distinctions. Parmi ses nombreux ouvrages traduits dans 25 pays, on citera Éloge de la fadeur, A partir de la pensée et de l’esthétique de la Chine (1991), Fonder la morale, Dialogue de Mencius avec un philosophe des Lumières (1995), Un Sage est sans idée, ou l’autre de la philosophie (1998), De l’Essence ou du nu (2000), La Grande image n’a pas de forme, ou du non objet par la peinture (2003), Vivre de paysage ou l’impensé de la raison (2014), et, tout récemment paru, Vivre en existant, une nouvelle Ethique (2016).

Entrée libre dans la limite des places disponibles.